Navigation – Plan du site

L’éditrice quitte. Vive les nouveaux éditeurs !

Esther Cloutier

Texte intégral

Bonjour,

1Voici le nouveau numéro de PISTES pour cette année 2010 ; c’est un troisième numéro pour cette année spéciale. Elle l’est en effet, car je quitte mon rôle d’éditrice pour le transmettre à Élise Ledoux et Denys Denis, deux jeunes collègues dynamiques et pleins de nouvelles idées. Je continuerai cependant à participer activement au comité d’édition de la revue. Je suis très fière du travail accompli. La revue est bien vivante et elle bénéficiera d’un nouveau regain d’énergie avec de nouvelles personnes à ses commandes. Une demande de subvention a été soumise au Fonds québécois de la recherche sur la société et la culture (FQRSC). Si nous obtenons cette subvention de 27 000 $ par année pour une période de trois ans, il sera possible aux nouveaux éditeurs de développer un peu plus la revue et aussi de traduire en anglais les articles.

2Le contenu de ce numéro est riche et diversifié. Plusieurs thèmes sont abordés : le travail des cadres, le métier et le rapport aux risques professionnels des travailleurs de la sous-traitance, l’intervention ergonomique, une démarche d’intervention en santé mentale au travail, les chutes de plain-pied au travail et une méthode de recueil des expositions professionnelles aux cancérigènes.

3En premier lieu, un article de François Bolduc et Geneviève Baril-Gingras s’intéresse aux conditions d’exercice du travail des cadres de premier niveau. Cette étude est basée sur l’observation du travail de 12 cadres. Elle montre que les conditions dans lesquelles s’exerce leur travail n’apparaissent pas favorables au rôle positif qu’ils souhaitent jouer, et qui est attendu d’eux, par rapport à leurs équipes de travail. En effet, ils sont soumis à des conditions particulières comme une surcharge quantitative de travail, une autonomie réelle limitée et des obstacles à la planification et au développement à long terme de leur service.

4Dans un article intitulé « Virilité, métier et rapport aux risques professionnels, le cas de travailleurs de la sous-traitance », Paul Bouffartigue et Jean-René Pendariès avec la collaboration de Jacques Bouteiller s’interrogent sur la sous-traitance industrielle comme élément de fragilisation de la santé et de la sécurité au travail. Une enquête auprès de travailleurs masculins de la sous-traitance dans l’industrie lourde montre qu’ils cumulent instabilité et pénibilité professionnelles avec de fréquentes atteintes à leur santé. Comme principaux résultats, les auteurs mettent à jour la persistance de stratégies défensives reposant sur la virilité et le métier permettant d’atténuer la conscience des risques. Ils montrent aussi que le travail peut être un « facteur de santé » au travers du professionnalisme et des pratiques d’entraide au sein des collectifs de travail.

5Bernard Dugué, Johann Petit et François Daniellou présentent un article sur « L’intervention ergonomique comme acte pédagogique ». À partir de trois interventions, les auteurs postulent qu’il existe une dimension pédagogique dans l’intervention ergonomique. Ils montrent aussi qu’il est possible de structurer l’intervention en tenant compte d’objectifs pédagogiques.

6Une démarche d’intervention sur l’organisation du travail afin d’agir sur les problèmes de santé mentale au travail est le sujet d’un autre article de Louise St-Arnaud, Sylviane Gignac, Pierre Gourdeau, Mariève Pelletier et Michel Vézina. Prenant appui sur un cadre d’intervention d’une démarche participative sur l’organisation du travail, les auteurs ont expérimenté à plusieurs reprises la démarche proposée, en y intégrant un processus d’évaluation en continu. Chaque étape de la démarche a été revue en considérant les actions et les méthodes utilisées, et ce, en tenant compte de l’expérience des intervenants et des observations faites dans les interventions en cours. Les auteurs présentent ici chacune des étapes de cette démarche d’intervention préventive en santé mentale au travail, telle que revue par un processus d’expérimentation et d’évaluation en continu.

7Enfin, dans un article intitulé « Avancée dans la prévention des « chutes de plain-pied » au travail : proposition de définition opérationnelle d’une nouvelle classe : les Accidents avec Perturbation du Mouvement (APM) », Sylvie Leclercq, Michel Monteau et Xavier Cuny proposent une nouvelle catégorie pour les chutes de plain-pied. Les auteurs montrent qu’avec cette nouvelle catégorisation la prévention à la source du risque tend alors à devenir la seule possible. Ainsi, elle sert de révélateur des dysfonctionnements existant au sein du système de production.

8Enfin, dans l’article « Mémoire du travail et des expositions professionnelles aux cancérogènes : enquête en Seine-Saint-Denis (France) », Béatrice Leconte et Annie Thébaud-Mony, du Groupement d’intérêt scientifique sur les cancers d’origine professionnelle (GISCOP93), s’intéressent à une enquête permanente auprès de patients atteints de cancer en Seine-Saint-Denis (France). L’objectif de cet article est de mettre en perspective cette nouvelle base de données, établie à partir des récits recueillis auprès des patients et de l’expertise des spécialistes en matière d’exposition, par rapport à quelques sources d’information concernant l’exposition professionnelle aux cancérogènes, déjà disponibles en ligne. L’analyse permet de montrer l’apport d’une méthode de recueil d’information fondée sur l’expérience et la parole des travailleurs.

9Nous tenons à souligner le fait que l’article de Sylvie Ouellet et Nicole Vézina intitulé « Savoirs professionnels et prévention des TMS : portrait de leur transmission durant la formation et perspectives d’intervention » qui est paru en 2009 dans le volume 11, numéro 2, a été traduit en anglais grâce à une subvention spéciale du RRSSTQ. Cette subvention vise à augmenter la diffusion des travaux de chercheurs appartenant au réseau. Nous remercions le RRSSTQ pour cette subvention.

10Nous remercions les auteurs ainsi que les évaluateurs qui permettent à la revue PISTES de vivre. Il faut également souligner le travail de nos collaboratrices à la révision française et anglaise des textes : Mireille Duranleau et Helen Fleischauer. Nous devons aussi souligner le travail de Ana-Maria Seifert, Monica Yaneth Torres Mejía et Alejandro Ramírez qui ont produit les traductions en espagnol des résumés.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Esther Cloutier, « L’éditrice quitte. Vive les nouveaux éditeurs ! », Perspectives interdisciplinaires sur le travail et la santé [En ligne], 12-3 | 2010, mis en ligne le 01 novembre 2010, consulté le 27 avril 2017. URL : http://pistes.revues.org/2637

Haut de page

Auteur

Esther Cloutier

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo FQRSC – Fonds de recherche Société et culture Québec
  • Logo IRSST – Institut de recherche Robert-Sauvé en santé et en sécurité du travail
  • Logo SELF – Société d’ergonomie de langue française
  • Revues.org