Navigation – Plan du site
Recherche

Mieux comprendre le transfert de connaissances en SST : propositions pour une typologie des guides de prévention

Better Understanding Knowledge Transfer in Occupational Health and Safety: Proposals for a Prevention Guide Typology
Comprender mejor la transferencia de conocimientos en salud y seguridad en el trabajo. Proposiciones para una tipología de las guías de prevención
Isabelle Faurie, Frédéric Planché, Serge Deltor, Camille Ricaud, Anaïs Grau et Céline Guy

Résumés

L’article est une contribution originale à la réflexion sur le rôle des relais et des relayeurs en santé, sécurité et conditions de travail (SSCT). À partir de sept indicateurs principaux, une typologie des guides en SSCT a pu être établie. Quatre catégories de guides ont été identifiées : des guides d’action, de médiation, de sensibilisation, d’information. À partir de cette typologie, l’analyse a montré que les guides de prévention peuvent être reconnus soit comme outils de pratiques (fonction opératoire), outils de gestion (fonction managériale), outils de communication (fonction innovation) ou outils techniques (fonction de réglementation). La discussion précise l’intérêt de cette catégorisation pour la définition d’outils de prévention plus adaptés.

Haut de page

Texte intégral

1. Introduction

1La mise en place de stratégies efficaces de transfert de connaissances (TC) en santé sécurité au travail (SST) est une priorité des programmes nationaux de santé publique dans bien des pays (cf. Plans santé en France, Programme national de santé publique du Québec, etc.).

2Renforcer les capacités de valorisation de la recherche et la mise en place de stratégies efficaces de transfert de connaissances est un axe central des politiques publiques en matière de santé au travail. En France par exemple, l’évaluation du premier Plan santé 2005-2009 a relevé que le transfert d’outils opérationnels aux entreprises reste largement insuffisant malgré des efforts réussis de sensibilisation du monde du travail. La communication et l’information sur les risques professionnels se sont grandement développées depuis quelques années. Le développement spectaculaire de l’information en ligne est cité en exemple (de nombreux sites Internet sur les risques professionnels ont vu le jour ou connaissent une fréquentation importante). Néanmoins, les évaluateurs du premier Plan santé font remarquer qu’il convient de distinguer une sensibilisation réussie de l’application et de la mise en oeuvre concrète d’actions de prévention des risques professionnels dans les entreprises. Et sur ce point du transfert de connaissances en santé au travail, le constat d’un décalage important entre la masse d’informations produites et diffusées sur les risques professionnels (sites Internet, guides, plaquettes, brochures, etc.) et les améliorations effectives des situations réelles de travail et des indicateurs de santé reste tout à fait frappant.

3Ce constat pose la question des relais du TC en SST et celle de l’évaluation concrète des politiques de prévention. Les guides édités en SST sont-ils utilisés ? Sont-ils utiles ? Pour qui, pour quoi ? Contribuent-ils à des changements dans les pratiques professionnelles, dans la prise de décision et la définition des politiques organisationnelles (place accordée aux questions de santé, culture santé dans l’entreprise, dialogue social autour des conditions de travail…) ? Poser la question des relais c’est également réfléchir aux rôles des relayeurs.

4Cet article est une contribution originale à la réflexion collective entamée lors d’un symposium (Congrès de l’ACFAS, Sherbrooke, Québec, mai 2011) et prolongée dans ce numéro spécial sur la question des relais et des relayeurs en SST. Il fait état des premiers résultats d’une recherche collaborative entre l’Agence Régionale pour l’Amélioration des Conditions de Travail en Languedoc-Roussillon (ARACT LR) et une équipe de chercheurs de deux laboratoires universitaires de psychologie et de gestion (Laboratoires Epsylon et ORHA-CREGOR). L’ARACT LR fait partie du réseau de l’ANACT (Agence Nationale pour l’Amélioration des Conditions de Travail), acteur fondamental dans le domaine de l’amélioration des conditions de travail et de l’orientation des politiques publiques de prévention des risques professionnels.

5Cette recherche collaborative vise un triple objectif théorique :

  • proposer une typologie des guides en santé, sécurité et conditions de travail (SSCT) ;

  • mieux cerner les modèles du transfert de connaissances et les dynamiques de prévention qui orientent la structure des guides en SSCT : quels guides ? Pour quels modèles du TC ? Et selon quelle dynamique de prévention ? ;

  • modéliser le processus de conception des guides en SSCT pour mieux anticiper leur impact, et ceci à partir d’un retour d’expériences autour de plusieurs guides et en co-réflexion avec les concepteurs des guides et leurs utilisateurs.

6L’article fait état des premiers avancements de cette recherche action innovante où un processus réflexif a pu être engagé entre chercheurs et acteurs clés de l’amélioration des conditions de travail et de la qualité de vie dans les entreprises. Les deux premiers objectifs théoriques y sont développés et quelques propositions pour une typologie des guides en SSCT sont avancées et confrontées.

1.1 Structurer la connaissance sur le transfert de connaissances

7Actuellement, au sein de la communauté scientifique, on constate une tentative de structure des recherches sur le transfert de connaissances (TC). Des groupes de réflexion émergent pour mieux comprendre comment s’effectue le TC globalement et en santé au travail tout particulièrement.

8Le TC en santé au travail devient objet d’études scientifiques. Des méthodes d’observation sur la façon dont s’opère le transfert sont mises au point, des collaborations originales entre acteurs relais du TC et chercheurs universitaires s’organisent. Ce mouvement répond à un souci général d’améliorer l’application sur le terrain des résultats des recherches en santé au travail. Bourdouxhe et Gratton (2006) résument cette problématique du TC en SST en constatant que « le transfert des connaissances vers les milieux de travail ne va pas de soi et la seule évidence scientifique ne conduit pas forcément à des changements. Pour faire en sorte que les praticiens sur le terrain – travailleurs et employeurs – s’approprient les résultats de la recherche et les utilisent, certaines conditions sont essentielles. […] Quelles sont les conditions qui facilitent le processus de transfert ? Existe-t-il une ou des formules gagnantes ? »

9Plusieurs synthèses théoriques sur le TC en santé publique et en SST ont été proposées (Amara, Ouimet, Landry, 2004 ; Dobbins et coll., 2007 ; Desmarais et Lortie, 2011 ; Faye, Lortie, Desmarais, 2007 ; Graham et coll., 2006 ; Laroche, 2006 ; Lemire, Souffez, Laurendeau, 2009 ; Roy, Guindon, Fortier, 1995). Ces différentes synthèses ont permis :

  • de mieux définir le transfert de connaissances en SST ;

  • de réaliser une conceptualisation dynamique et intégrée du processus de TC en SST (étapes, modèles du TC) ;

  • de créer des outils pour animer un processus de TC afin de mettre en œuvre des pratiques plus structurées de TC et d’améliorer les outils de transfert en SST (les guides par exemple).

10Il existe plusieurs définitions du transfert de connaissances. Elles sont connotées différemment selon la discipline dans laquelle s’opère le transfert de connaissances (éducation, santé, psychologie ergonomique, gestion) et selon l’approche du transfert de connaissances. On parlera de « valorisation des connaissances » lorsque l’accent est mis sur la dissémination au grand public et aux utilisateurs de terrain des résultats des recherches fondamentales (centration sur les résultats du transfert). On préférera l’expression « échange et partage des connaissances » lorsqu’on évoque le processus même de construction des connaissances et un mouvement d’aller-retour entre utilisateurs et chercheurs (centration sur l’organisation du transfert). Faye et coll. (2007) présentent plusieurs définitions du TC. Dans le champ de la santé, Gupta, Sharma, et Dutta (2006) parlent d’un processus structuré consistant à utiliser les résultats probants de la recherche scientifique dans le but d’améliorer les effets de la pratique professionnelle (Gupta, Sharma, Dutta 2006, cités par Fayeet coll., 2007). Dans le même champ, Clark et Kelly (2005) évoquent un processus continu d’échanges ponctué par des allers-retours entre deux communautés : les chercheurs et les utilisateurs (Clark et Kelly, 2005, cités par Faye et coll., 2007). La définition de Gupta et coll. (2006) insiste sur l’utilisation des connaissances, celle de Clark et Kelly (2005) sur les échanges entre acteurs du TC. En gestion, Roy et coll. (1995) évoquent un mécanisme de diffusion, d’appropriation et d’utilisation des nouvelles connaissances pouvant conduire à l’adoption de nouveaux comportements individuels et organisationnels. Ici, la notion d’appropriation est centrale. L’expression « transfert de connaissances » ne suppose pas nécessairement un échange, un partage ni même une utilisation des connaissances. Elle est la plus générale, car elle englobe ces différentes expressions. C’est cette expression que nous retenons dans le reste de l’article.

11Quel que soit le terme utilisé, toutes ces définitions ont néanmoins en commun d’assimiler le TC à un processus (processus dynamique par lequel les connaissances sont produites, transmises, et mobilisées) et à un produit (en référence aux outils de transfert, les guides de prévention par exemple).

1.2 Décrire le transfert de connaissances

12Plusieurs indicateurs principaux sont retenus pour analyser le TC en SST :

  • les étapes du processus de transfert (Roy et coll., 1995 ; Lemire et coll., 2009) ;

  • le type de connaissances transférées : connaissances déclaratives (concepts, lois, règles, faits…), connaissances procédurales (procédures d’utilisation des connaissances), connaissances conditionnelles (connaissances qui facilitent la mise en œuvre des connaissances déclaratives et procédurales dans des contextes différents) selon la classification proposée par Tardif (1992) ;

  • l’objectif principal du TC. Trois objectifs sont distingués (Faye et coll., 2007 ; Lemire et coll., 2009) :

    • objectif instrumental : le TC sert à modifier une action ou à prendre une décision (nouvelle réglementation, mise en œuvre d’un programme de prévention…) ;

    • objectif conceptuel : la connaissance transférée ne va pas induire nécessairement d’actions ou de décisions à court terme. Elle est informative plutôt que prescriptive. Elle permet d’approfondir la compréhension d’une situation, d’une problématique ou de problèmes complexes ;

    • objectif symbolique ou stratégique : la connaissance transférée est utilisée comme argument d’autorité pour légitimer ou justifier des positions ou des décisions.

  • le modèle du TC. Le TC peut s’effectuer selon au moins trois modèles qui se distinguent en fonction du flux des échanges entre producteurs et utilisateurs des connaissances (Faye et coll., 2007 ; Roy et coll., 1995) :

    • modèle linéaire : transmission unidirectionnelle des connaissances des chercheurs ou des experts (les émetteurs) aux utilisateurs (les récepteurs). La transmission est soit directe soit via des agents relais (des « portiers ») chargés de diffuser les connaissances auprès des usagers, mais dont le rôle demeure relativement restreint. Les échanges sont très linéaires et à sens unique. Les utilisateurs ont un rôle plutôt passif dans le processus de transfert ;

    • modèle collaboratif : transfert bidirectionnel (« en spirale ») des connaissances. L’interaction est circulaire et s’effectue par une suite d’allers-retours réguliers entre producteurs de connaissances et utilisateurs. Ici, les usagers participent à toutes les étapes du processus de transfert de connaissances ; leurs préoccupations deviennent centrales ;

    • modèle interactionniste : le processus d’échange devient capital. Les connaissances sont le produit des interactions entre les différents acteurs (acteurs prévention, employeurs, représentants des personnels, universités, etc.). Le contexte dans lequel s’effectue le TC est pris en compte ainsi que les capacités du milieu et des acteurs à générer, disséminer, absorber et à adapter les connaissances. L’aspect systémique du TC est intégré.

13C’est à partir de ces indicateurs complétés par d’autres que nous avons élaboré notre typologie des guides en santé, sécurité et conditions de travail.

2. Méthode

14Pour répondre à l’objectif théorique de l’étude, à savoir l’élaboration d’une typologie des guides en santé, sécurité et conditions de travail, nous avons mené une recherche collaborative en partenariat avec l’Agence Nationale pour l’Amélioration des Conditions de Travail (ANACT) et l’Agence Régionale pour l’Amélioration des Conditions de Travail en Languedoc-Roussillon (ARACT LR). Le réseau de l’ANACT et des ARACT est un acteur majeur du système français de prévention des risques professionnels. Il occupe une place stratégique dans l’orientation des politiques publiques en matière de santé au travail. Avec une implantation territoriale de proximité, le réseau de l’ANACT et des ARACT a pour objectif la promotion des projets et des innovations combinant qualité des conditions de travail et performance des entreprises. L’amélioration des conditions de travail étant une pierre d’angle de la promotion de la santé au travail.

15Dans la recherche action engagée entre équipe universitaire et ARACT LR, nous avons réalisé une analyse des guides conçus et édités par l’ARACT LR sur une période de deux ans. Neuf guides ont été analysés au total (cf. tableau 1).

Tableau 1. Intitulés des guides édités par l’ARACT LR et analysés pour l’étude

Numéro d’identification du guide

Intitulé du guide

Guide n° 1

De l’évaluation à la prévention des risques professionnels

Guide n° 2

Prévenir les TMS. Un enjeu majeur pour les entreprises et les salariés de la région Languedoc-Roussillon

Guide n° 3

Prévenir les risques liés aux TMS dans les ateliers de mécanique et de carrosserie des garages automobiles

Guide n° 4

Repères pour évaluer et prévenir les RPS dans le secteur médico-social

Guide n° 5

Guide d’autodiagnostic de la qualité de l’emploi dans l’aide à domicile

Guide n° 6

Évaluation et prévention des risques professionnels dans les entreprises artisanales de peinture en bâtiment

Guide n° 7

Les saisonniers. Le mystère du D.U.

Guide n° 8

GPEC-GPEC Territoriale. Repères pour l’action en Languedoc-Roussillon

Guide n° 9

Évaluer et prévenir les risques professionnels dans les structures d’accueil collectif du jeune enfant

16Pour le recueil de données, nous nous sommes appuyés sur la double technique :

  • étude documentaire (analyse des guides, de l’« outil-guide ») ;

  • entretiens semi-directifs réalisés auprès des membres de l’équipe ARACT LR.

17Les différentes synthèses théoriques sur le transfert de connaissances en santé publique et en santé, sécurité au travail (Lemire et coll., 2009 ; Faye et coll., 2007) ont permis d’établir les critères principaux à considérer pour évaluer et mettre en œuvre une action de transfert. C’est à partir de ces critères présentés dans la partie théorique que nous avons analysé les guides édités par l’ARACT LR et que nous basons notre typologie des guides en santé, sécurité et conditions de travail (SSCT). Sept critères pour l’analyse des guides ont été retenus.

2.1 Thématique générale du guide

18À ce niveau, on distingue :

  • les guides généralistes vs ciblés sur un risque (i.e les TMS, les risques psychosociaux) ;

  • les guides non contextualisés vs contextualisés à un métier et/ou un secteur d’activité (i.e le BTP, la restauration, les peintres en bâtiment) ;

  • les guides non territorialisés vs territorialisés (l’information présentée est située en référence à une région, à un bassin d’emplois…).

2.2 Format et graphisme

19Sur cet indicateur (qui comporte de multiples facettes), nous avons retenu le style des figures, c’est-à-dire la plus ou moins grande présence de figures et le type de figures (tableaux, schémas, photos, histogrammes, dessins, pictogrammes, etc.). Quatre styles apparaissent :

  • illustration : nombreux dessins et illustrations graphiques ;

  • personnalisation : guide où sont insérées des photos de lieux, de situations ou de personnes qui personnalisent l’information présentée ;

  • schématisation : prépondérance de tableaux, diagrammes, histogrammes, schémas… ;

  • rédaction : guide où le texte est dominant.

2.3 Contenu des connaissances transférées

20Une analyse thématique de contenu (Bardin, 2007) a été réalisée sur chacun des guides afin d’établir et de quantifier les catégories d’informations contenues dans chacun des guides. Nous avons pu repérer sept catégories d’informations présentes dans les guides en SST :

  • des informations théoriques (connaissances formelles, savoirs, définitions, notions, concepts, démonstrations, modèles explicatifs…) ;

  • des informations réglementaires (apport d’informations sur la législation, lois, décrets…) ;

  • des informations statistiques (chiffres clés, résultats d’études descriptives, données épidémiologiques, états des lieux…) ;

  • des informations méthodologiques (informations sur les méthodes d’intervention en SST, démarche et étapes d’intervention, procédure pour la mise en oeuvre d’une action, process sécurité…) ;

  • des informations illustratives (exemples d’interventions, présentations d’actions terrain, études de cas d’entreprise, récits d’expériences, témoignages…) ;

  • des informations stratégiques (conseils stratégiques en matière de politique de santé et sécurité au travail, enjeux, positionnement des différents acteurs et partenaires…) ;

  • des informations institutionnelles (informations relatives aux acteurs de la prévention SST : missions, coordonnées, contacts, etc.).

2.4 Type principal de connaissances transférées

21Connaissances procédurales, conditionnelles, ou déclaratives. Défini à l’issue de l’analyse de contenu, le type principal de connaissances transférées se réfère aux connaissances majoritairement contenues dans le guide et que le guide cherche à développer chez les interlocuteurs cibles. Nous nous sommes basés sur la classification généralement retenue qui distingue connaissances procédurales, connaissances déclaratives, et connaissances conditionnelles.

2.5 Interlocuteurs cibles

22Interlocuteurs plutôt individuels vs plutôt institutionnels. Le guide est-il plutôt conçu pour une diffusion et un usage par l’individu et le collectif de travail ou pour une transmission et utilisation plus institutionnelles et organisationnelles ? La cible du guide et de la démarche de prévention se situe-t-elle au niveau individuel/interpersonnel (employeurs, salariés, collectif de travail) ou au niveau institutionnel/organisationnel (acteurs prévention, CHSCT, représentants personnels et employeurs, branches professionnelles…) ?

2.6 Modèle du transfert de connaissances dominant

23Modèle du transfert de connaissance dominant dans le processus de conception du guide : modèle linéaire, collaboratif, ou interactif (Faye et coll., 2007 ; Lemire et coll., 2009 ; Lyons et Warner, 2005 ; Roy, Parent, et Desmarais, 2003).

2.7 Objectif principal du transfert de connaissances

24Objectif principal : instrumental, stratégique/symbolique, ou conceptuel. Cet indicateur fait référence à l’objectif principal du guide du point de vue de ses concepteurs. À quoi sert le guide ? À quelle visée principale répond sa conception ? Comment vont être utilisées les connaissances transférées ? (par exemple dans quelle temporalité du changement s’inscrivent-elles ? changement à court, moyen ou long terme ?). Comme Faye et coll. (2007) nous retenons trois objectifs d’utilisation des connaissances : une utilisation principalement instrumentale, stratégique/symbolique, ou conceptuelle des connaissances transférées.

3. Résultats

25À partir de ces indicateurs, nous avons pu établir une typologie des guides édités par l’ARACT LR. Quatre catégories de guides ont été identifiées : des guides d’action, de MÉDIATION, de sensibilisation, d’information (cf. figure 1).

Figure 1. Typologie des guides en santé sécurité et conditions de travail (SSCT)

Figure 1. Typologie des guides en santé sécurité et conditions de travail (SSCT)

26Chacun de ces types de guides présente des caractéristiques spécifiques (cf. tableau 2) quant à la thématique générale du guide, au style des figures, au contenu et au type principal des connaissances transférées, aux interlocuteurs cibles, au modèle de transfert et à l’objectif principal du transfert de connaissances.

Tableau 2. Descriptif des caractéristiques des quatre principaux types de guides en SSCT

Caractéristiques du guide

Type de guide

Action

Médiation

Sensibilisation

Information

Thématique générale du guide

Généraliste
Contextualisée
Non territorialisée ou territorialisée

Généraliste ou ciblée
Contextualisée ou non contextualisée
Territorialisée

Généraliste ou ciblée
Contextualisée ou non contextualisée
Non territorialisée

Ciblée
Non contextualisée
Non territorialisée

Style des figures

Illustration
Personnalisation

Personnalisation

Schématisation

Rédaction
Schématisation

Contenu des connaissances transférées

Illustratives
Méthodologiques

Institutionnelles
Stratégiques

Méthodologiques
Stratégiques

Théoriques
Réglementaires
Statistiques

Type principal de connaissances transférées

Procédurales
et conditionnelles

Conditionnelles

Procédurales

Déclaratives

Interlocuteurs cibles

Individuels et collectif de travail

Institutionnels

Institutionnels ou individuels

Individuels

Modèle du transfert de connaissances

Collaboratif

Interactif

Collaboratif/linéaire

Linéaire

Objectif du transfert de connaissances

Instrumental

Stratégique

Conceptuel

Conceptuel

Guide prototypique

Guide n° 7
BD « Les saisonniers. Le mystère du DU »

Guide n° 8
« GPEC – GPEC territoriale. Repères pour l’action en LR »

Guide n° 1
« De l’évaluation à la prévention des risques professionnels »

-

27Les guides que nous qualifions de « guides d’action » se situent dans un objectif de changement des pratiques. Ils se placent dans une visée d’action immédiate : agir directement sur les conduites de travail, modifier rapidement l’environnement et l’organisation du travail pour une amélioration au quotidien des conditions de travail.

28Il s’agit de documents conçus à partir d’observations de terrain, du repérage de risques et de situations à risques caractéristiques. L’analyse du travail est au cœur de la démarche de conception du guide. Le transfert de connaissances s’opère selon un modèle collaboratif. Cet ancrage secteur et métier au plus près des situations réelles et quotidiennes de travail permet aux professionnels (salariés, employeurs) de se reconnaître dans les situations présentées et les termes utilisés (possibilité d’identification). Il s’agit de guides opérationnels fondés sur trois principes :

  • illustrer par des exemples significatifs : l’action de prévention est suscitée par l’exemple (prévention par l’exemple) plutôt que par la procédure prescriptive, le discours est contextualisé et spécifiquement adressé aux professionnels du secteur pour faciliter l’appropriation des connaissances (discours adressé, savoir contextualisé, ancrage secteur) ;

  • aller à l’essentiel et être efficient en activité de travail (efficience en activité) ;

  • adapter le langage et les modes de communication à la culture professionnelle du secteur (i.e. choisir un mode visuel pour les secteurs qui ne sont pas dans la culture de l’écrit, opter pour une communication par images, par illustrations, etc.).

  • La dynamique de prévention s’appuie sur un apprentissage par l’exemple fondé sur la proximité du guide avec le réel. La conception du changement est ici un changement par identification (je me reconnais dans les situations présentées et je peux ainsi m’approprier les solutions présentées). La prévention passe en premier lieu par une évolution des pratiques professionnelles ; le guide est un outil de pratiques.

29Les « guides de sensibilisation » s’ancrent dans un changement des mentalités. L’objectif est de présenter un ensemble d’arguments favorables à la mise en œuvre d’une politique de prévention. Le guide cherche avant tout à susciter la réflexion pour inciter à une évolution des représentations.

30En donnant des repères très généraux sur les risques professionnels ainsi que des grands principes méthodologiques (présentation des étapes d’une démarche de prévention, fiches pratiques…), ce type de guides vise à sensibiliser les acteurs (institutionnels et individuels).

31La finalité est une approche plus systématique des problématiques de santé au travail pour que la mise en place d’un plan d’actions dans la structure puisse être envisagée.

32La dynamique de prévention vise un engagement par conviction. Inciter et convaincre pour susciter une adhésion profonde des acteurs. Le niveau idéologique et des valeurs est en jeu pour un changement en profondeur qui s’inscrit dans une temporalité du long terme.

33La prévention passe par une transformation des représentations et attitudes ; le guide est un outil de communication pour conduire le changement.

34Les « guides d’information » visent un changement des règles et des procédures. Ce type de guides apporte des informations théoriques et techniques sur les risques et les consignes sécurité. Il correspond à l’ensemble des documents (plaquette, brochure, fiche métier…) qui apportent une information précise et formelle sur un risque spécifique (i.e. risques chimiques, amiante, chutes…).

35Ici, l’information des individus (salariés, employeurs, médecins du travail, personnes en charge de la sécurité dans l’organisation) est l’objectif principal. La prescription des consignes de sécurité, les obligations réglementaires, le rappel de la législation constituent les thèmes centraux de l’information contenue dans ces guides.

36Les risques professionnels sont le plus souvent isolés par type de risque (ancrage spécialisation) plutôt que traités de manière contextualisée comme dans l’ancrage secteur (où tous les risques associés à un secteur ou un métier sont présentés dans une approche globale de l’activité de travail). Cette approche présente donc un aspect assez théorique (l’écrit est le mode dominant) et prescriptif. Ceci peut faciliter la compréhension mais peut rendre difficile l’appropriation par les acteurs. Le transfert est conçu selon un modèle linéaire de transmission de l’information.

37La dynamique de prévention sous-jacente est un engagement par obligation, c’est-à-dire une adaptation des règles pour une mise en conformité aux normes (normalisation). Le changement est d’ordre technique, l’impact sur les représentations et les cultures est moindre ou à long terme ; le guide constitue un outil technique.

38Les « guides de médiation » regroupent les documents qui sont le résultat de compromis sociaux et politiques (i.e. compromis entre différents acteurs, différents angles d’approche de la prévention, compromis entre aspects économiques et aspects protection des salariés…). L’objectif est stratégique.

39La conception du guide est en soi une action de prévention, dans le sens où la conception du guide permet d’instaurer une dynamique autour des problématiques de santé au travail. Dynamique qui, à moyen terme, débouchera sur la mise en œuvre d’une action de prévention. Le guide symbolise la participation et la mobilisation des acteurs locaux (ancrage territoire). Il en fait des partenaires.

40L’objectif est d’engager les acteurs en les mobilisant personnellement autour d’une première action. Cette action permettra d’amorcer un changement culturel en suscitant notamment du débat social. Le guide crée ainsi de la visibilité autour d’une action collective. Il constitue un témoignage public engageant pour les acteurs concernés.

41La dynamique de prévention est donc un engagement par implication. Le changement se situe au niveau des cultures (culture du dialogue social, culture prévention, etc.). À ce niveau, le guide devient un véritable outil de gestion.

42À partir de cette typologie, nous pouvons projeter les guides analysés sur une matrice à deux axes : axe action–médiation, axe information–sensibilisation (cf. figure 2).

Figure 2. Répartition des guides édités par l’ARACT LR

Figure 2. Répartition des guides édités par l’ARACT LR

43Conformément à nos attentes, nous constatons que les guides édités par l’ARACT LR se situent dans le quadrant action-sensibilisation. Ils s’inscrivent ainsi complètement dans la mission du réseau de l’ANACT et des ARACT centrée sur l’amélioration des conditions de travail comme axe majeur de la qualité de vie au travail. Il est à noter qu’une orientation médiation se développe, signe d’une évolution du rôle de cet acteur territorial. Plus généralement, la place dans le système de prévention des risques professionnels, le rôle et les missions spécifiques des différents relayeurs orientent le choix des relais et les discours contenus dans les outils de prévention (guides, brochures…). Ainsi, une telle typologie permet de mieux cerner les liens entre les relais et les relayeurs du TC en SST.

4. Discussion

44Le champ de la prévention des risques professionnels s’engage aujourd’hui dans la recherche d’une plus grande efficacité. Ceci passe notamment par une valorisation plus systématique des résultats des recherches fondamentales et appliquées. Ceci passe également par une réflexion sur le transfert de connaissances en santé, sécurité et conditions de travail (TC en SSCT). Par quels outils et actions diffuser les résultats des recherches et des expérimentations ? Dans quels objectifs ? Pour quels changements ? Et selon quels modèles théoriques ? Notre étude contribue à cette réflexion à partir d’une analyse des guides édités en santé, sécurité, conditions de travail. Les guides et autres brochures, plaquettes, dépliants… étant actuellement des outils majeurs du TC en SSCT.

45À partir d’une étude approfondie d’outils existants, nous proposons une typologie des guides en SSCT qui distingue quatre types de guides : des guides d’action, de médiation, de sensibilisation, d’information. Cette typologie montre que les guides reflètent des dynamiques de prévention variables et qu’ils fonctionnent en véritables outils stratégiques. Chacun de ces types de guides répond en effet à une dynamique de prévention spécifique. Ainsi, quatre dynamiques de prévention peuvent être établies.

46Le tableau ci-après (cf. tableau 3) décrit ces différentes dynamiques de prévention. Elles se caractérisent par :

  • un mode distinct d’engagement dans le changement : engagement par l’action, par mobilisation, par conviction ou par obligation ;

  • une différence dans les buts visés par l’action et le guide de prévention : vers un changement des pratiques, des cultures, des mentalités ou des règles ;

  • une stratégie de changement spécifique : hypothèse d’un changement par identification, par implication personnelle, par incitation/adhésion, par normalisation ;

  • un ancrage variable (secteur, métier, généraliste, spécialisation) ;

  • des mots clés et une temporalité du changement visé (court, moyen, ou long terme) propres à chacune de ces quatre dynamiques de prévention.

Tableau 3. Dynamiques de prévention et rôles des guides de prévention en SSCT

Action

Médiation

Sensibilisation

Information

Mode d’engagement dans le changement

Engagement par l’action

Engagement par mobilisation

Engagement par conviction

Engagement par obligation

But visé

Changement des pratiques

Changement des cultures

Changement des mentalités

Changement des règles

Stratégie de changement

Identification

Implication

Incitation/adhésion

Normalisation

Ancrage

Secteur et métier
(savoir contextualisé)

Territoire
(savoir personnalisé)

Généraliste
(savoir généralisé)

Spécialiste
(savoir spécifique)

Mot clé

Opérationnel

Stratégique

Idéologique

Prescriptif

Temporalité du changement visé

Court terme

Moyen terme

Long terme

Court terme et long terme

ROLE du guide de prÉvention

OUTIL DE PRATIQUES

OUTIL DE GESTION

OUTIL DE COMMUNICATION

OUTIL TECHNIQUE

47À partir de la typologie des guides (cf. figure 1 et tableau 2) et de la caractérisation des dynamiques de prévention associées à chacun des types de guides (cf. tableau 3) nous pouvons conclure que les guides de prévention en SSCT peuvent occuper au moins quatre rôles et être définis soit comme outils de pratiques (fonction opératoire), outils de gestion (fonction managériale), outils de communication (fonction innovation) ou outils techniques (fonction de réglementation). Cette analyse peut, nous semble-t-il, offrir aux acteurs du domaine de la santé au travail une meilleure visibilité de leurs actions de prévention. Elle peut constituer une aide à la définition d’outils de prévention plus adaptés aux environnements de travail et participer à une meilleure efficacité du transfert de connaissances en santé, sécurité et conditions de travail.

Haut de page

Bibliographie

Amara, N., Ouimet, M., Landry, R. (2004). New Evidence on Instrumental, Conceptual, and Symbolic Utilization of University Research in Government Agencies. Science Communication, 26(1), 75-107.

Clark, G., Kelly, L. (2005). New Directions for Knowledge Transfer and Knowledge Brokerage in Scotland. Research Findings, 1.

Desmarais, L., Lortie, M. (2011). La dynamique du transfert de connaissances. Perspectives centrées sur l’usager. Laval : PUL.

Dobbins, M., Rosenbaum, P., Plews, N., Law, M., Fysh, A. (2007). Information transfer: what do decision makers want and need from researchers? Implementation Science, 2 : 20 (July).

Faye, C., Lortie, M., Desmarais, L. (2007). Guide sur le transfert des connaissances à l’intention des chercheurs en santé et sécurité du travail. Réseau de recherche en santé et en sécurité du travail du Québec.

Graham, I. D., Logan, J., Harrison, M.B., Straus, S.E., Tetroe, J., Caswell, W., Robinson, N. (2006). Lost in Knowledge Translation: Time for a Map? Journal of Continuing Education in the Health Professions, 26(1), 13–24.

Gupta, S., Sharma, S.L., Dutta, K. (2006). Using Knowledge Mapping to Support Knowledge Management in Health Organizations.

Laroche, E. (2006). Revue de littérature sur le transfert des connaissances, Essai synthèse : volet rétrospectif de l’examen de doctorat. Québec, Canada, Faculté des sciences de l’administration, Université Laval.

Lemire, N., Souffez, K., Laurendeau, M.C. (2009). Animer un processus de transfert des connaissances. Bilan des connaissances et outil d’animation. Québec : INSP.

Lyons, R., Warner, G. (2005). Demystifying Knowledge Translation for Stroke researchers: a Primer on Theory and Praxis. A report prepared by the Atlantic Health Promotion Research Centre. www.ahprc.dal.ca/pdf/kt/2005_DemystifyingKT.pdf

Roy, M., Guindon, J.C., Fortier, L. (1995).Transfert de connaissances – revue de littérature et proposition d’un modèle. R-099, IRSST, 53 p. www.irsst.qc.ca/fr/_publicationirsst_460.html

Roy, M., Parent, R., Desmarais, L. (2003). Knowledge Networking: A Strategy to Improve Workplace Health & Safety Knowledge Transfer. Academic Conferences Limited; Electronic Journal of Knowledge Management. http://130.203.133.150/viewdoc/summary?doi=10.1.1.200.979

Tardif, J. (1992). Pour un enseignement stratégique, L’apport de la psychologie cognitive. Montréal : Logiques.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1. Typologie des guides en santé sécurité et conditions de travail (SSCT)
URL http://pistes.revues.org/docannexe/image/3219/img-1.png
Fichier image/png, 50k
Titre Figure 2. Répartition des guides édités par l’ARACT LR
URL http://pistes.revues.org/docannexe/image/3219/img-2.png
Fichier image/png, 45k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Isabelle Faurie, Frédéric Planché, Serge Deltor, Camille Ricaud, Anaïs Grau et Céline Guy, « Mieux comprendre le transfert de connaissances en SST : propositions pour une typologie des guides de prévention », Perspectives interdisciplinaires sur le travail et la santé [En ligne], 15-1 | 2013, mis en ligne le 01 mai 2013, consulté le 22 mars 2017. URL : http://pistes.revues.org/3219 ; DOI : 10.4000/pistes.3219

Haut de page

Auteurs

Isabelle Faurie

MCF, Université Montpellier III, Laboratoire Epsylon, isabelle.faurie@univ-montp3.fr

Frédéric Planché

MCF, Université Montpellier III, Laboratoire ORHA-CREGOR, frederic.planche@univ-montp3.fr

Serge Deltor

Directeur de l’ARACT Languedoc-Roussillon

Camille Ricaud

ATER, Université Montpellier III, Laboratoire ORHA-CREGOR

Anaïs Grau

Master psychologie du travail, Université Montpellier III

Céline Guy

Master psychologie du travail, Université Montpellier III

Haut de page
  • Logo FQRSC – Fonds de recherche Société et culture Québec
  • Logo IRSST – Institut de recherche Robert-Sauvé en santé et en sécurité du travail
  • Logo SELF – Société d’ergonomie de langue française
  • Revues.org