Navigation – Plan du site

Introduction

Esther Cloutier

Texte intégral

1Bonjour chers lecteurs. Ce n’est pas habituel de nous lire à cette période de l’année. Mais comme nous avons, grâce à vos contributions en tant qu’auteurs ou évaluateurs, plusieurs bons textes en réserve, le comité d’édition a décidé de sortir un numéro supplémentaire.

2Tout d’abord, signalons qu’avec le budget de l’année 2004, il a été possible de faire traduire un article en anglais. Suivant nos habitudes, nous avons sélectionné l’article le plus consulté au cours des six derniers mois : celui de Ana-Maria Seifert et de Karen Messing paru au printemps 2004 (Vol 6, No 1) qui s’intitule « Écouter et voir dans un monde technique : Effets de la discontinuité des horaires sur l’activité de travail des infirmières ». Cet article est maintenant disponible dans les deux langues, vous pouvez les consulter au Vol 6 No 1.

3Nous avons encore des statistiques impressionnantes à vous présenter. En un an la fréquentation a augmenté de 30 %. Depuis la parution du dernier numéro en novembre 2004, 5 770 serveurs se branchent chaque mois sur le site de la revue, ce qui correspond à un nombre de lecteurs se situant entre 17 310 et 28 850 en moyenne par mois. Nous remercions tous les auteurs, les évaluateurs et les lecteurs. Nous sommes très fiers de ce succès.

4Autre nouvelle importante pour la visibilité de la revue à vous annoncer avant de présenter le contenu de ce numéro, la revue PISTES est maintenant indexée dans quatre bases de données : Sociological Abstracts, Social Services Abstracts, Linguistics and Language Behavior Abstracts et Worldwide Political Science Abstracts. D’autres demandes d’indexation sont actuellement sous examen. Nous vous tiendrons au courant de l’évolution de ce dossier.

5Ce numéro aborde plusieurs thèmes de recherche importants pour la santé des personnes au travail. Le premier concerne les horaires de travail. Il est traité de différents points de vue. Ghislaine Tirilly s’intéresse au lien entre les horaires de travail, et les risques d’accidents en mer. L’auteure tente d’évaluer l’ajustement du rythme sommeil et vigilance en mer dans deux situations maritimes présentant différents systèmes de quarts de travail. Gérard Valléry et Caroline Hervet, quant à eux, s’intéressent au personnel soignant. Ils comparent trois formes d’organisation temporelle du travail posté pour en voir les conséquences sur le sommeil, les comportements alimentaires ainsi que la vie sociale et familiale. Enfin, Cathy Toupin, toujours pour les infirmières, ouvre la question de l’élaboration de stratégies de travail particulières pour celles qui travaillent de nuit. Ces stratégies sont spécifiques à cette période du nycthémère, c’est-à-dire l’espace d’un cycle biologique comprenant le jour et la nuit, mais elles sont également liées à l’expérience professionnelle comme infirmière de jour, à l’expérience propre au service de soins ainsi qu’à l’expérience du travail de nuit.

6L’article de Anne-Françoise Molinié traite de la question du vieillissement au travail sous un angle particulier ; celui de « se sentir capable de rester dans son emploi jusqu’à la retraite ». Elle montre que la pénibilité du travail actuel et passé, le mauvais état de santé ainsi que les variables relatives au sens du travail influencent ce jugement.

7De plus en plus, les processus de certification ISO sont implantés dans les milieux de travail. Jacqueline Dionne-Proulx, Jean-Bernard Carrière et Yves Beauchamp se sont intéressés au lien existant entre ces processus et la SST. Ils montrent que l’intégration ISO/SST n’est pas réalisée au Québec et que les entreprises qui l’utilisent ne démontrent pas de différence significative dans leur performance de SST par rapport aux entreprises non certifiées. Cependant, quelques changements qui peuvent avoir un impact positif sur la SST sont malgré tout apparus.

8Cécilia De la Garza, quant à elle, s’intéresse à « l’intégration de la sécurité lors de la conception de machines à risques pour le personnel ». Elle compare deux approches mises en évidence par son analyse : une s’inspirant d’une logique normative et réglementaire et l’autre davantage liée aux connaissances individuelles sur les usages réels des équipements.

9Enfin, une étude de Patrick Garand, Mario Roy et Lise Desmarais traite d’une nouvelle approche en prévention dans les milieux de travail : celle de l’observation des comportements sécuritaires par les pairs. À l’aide d’une étude de cas dans une usine d’assemblage, les auteurs montrent que cette approche n’est pas opposée à l’approche systémique. Elle comporte des avantages comme les outils de sensibilisation, d’implication et de responsabilisation des travailleurs envers la SST. Les auteurs mettent également en évidence les déterminants organisationnels sous-jacents au bon fonctionnement d’une telle approche.

10Nous avons de plus la chance de rencontrer Jacques Leplat un défricheur de PISTES dans le domaine de l’analyse du travail en psychologie ergonomique, de la formation et de la sécurité,. Psychologue de formation, M. Leplat a été directeur à l’École Pratique des Hautes Études à Paris. Il a contribué au développement de l’ergonomie ainsi qu’à la création de la Société d’ergonomie de langue française (SELF). Déjà à la retraite depuis 15 ans, il nous brosse un portrait de sa carrière et parle de sa retraite active.

11Enfin, dans la rubrique « PISTES à suivre », le même Jacques Leplat, présente deux comptes-rendus de livres récemment parus dans des domaines s’intéressant au travail et à ses répercussions sur les personnes.

12Du nouveau sur le site ; Thierry Petitjean-Roget, l’âme informatique de la revue, a ajouté les références bibliographiques de tous les article publiés dans PISTES sous forme textuelle compatible avec le logiciel bibliographique « Reference Manager ». Vous pouvez donc prélever ces informations directement sur le site et les intégrer à vos listes bibliographiques personnelles.

13Enfin nous voulons souligner le fait que le succès de PISTES dépend de l’engagement et de la collaboration de plusieurs personnes. Outre les membres du comité d’édition et les auteurs, de nombreux collègues de divers horizons disciplinaires et géographiques évaluent et commentent de façon constructive les articles soumis. Voici ces collaborateurs pour les trois dernières années :

14Philippe Askenazy, André Balleux, Raymond Baril, Geneviève Baril-Gingras, Béatrice Barthe, Laurence Belies, Marie Bellemare, Samira Bougrine-Bourgeois, Madeleine Bourdouxhe, Philippe Cabon, Dominique Cau-Bareille, Céline Chatigny, Daisy Cunha, Martine D’Amour, François Daniellou, Philippe Davezies, Hélène David, Alain Delisle, Denys Denis, Francis Derriennic, Colette Dion-Hubert, Marcelle Duc, Patrice Duguay, Madeleine Estryn-Behar, Leda Leal Ferreira, Sylvie Fortin, Cécilia de La Garza, Alain Garrigou, Corinne Gaudart, François Geoffroy, Claude Germain, Jean-François Godin, Sylvie de Grosbois, Christiane Guérard, Jacques Hamel, Marçal Jackson, Marianne Kempeneers, Marianne Lacomblez, Fernande Lamonde, Normand Laplante, Serge Larose, Élise Ledoux, Marie-Josée Legault, Frédéric Lesemann, Patrick Loisel, Bruno Maggi, Philippe Mairiaux, Marie-France Maranda, Christian Martin, Jean-Claude Martin, Karen Messing, Michel Millanvoye, Michel Pottier, Valérie Puéyo, Yvon Quéinnec, Gilles Rivier, Michèle Rocher, Ana-Maria Seifert, Marie St-Vincent, Claudie Solar, Laerte Sznelwar, Chantal Tellier, Annie Thébaud-Mony, Ghislaine Tougas, Georges Toulouse, Nicole Vézina, Michel Vézina, Serge Volkoff, Élizabeth Wendelen.

15Il faut également remercier nos collaborateurs à la révision française et anglaise des textes : Mireille Duranleau, Anne Garon, Marie-Christine Lafrenière et Helen Shaver.

16Le prochain numéro, au printemps 2005, présentera un panorama de la recherche en SST au Québec. Il fait suite à un colloque qui s’est tenu à Montréal en 2004 sur la question. Il proposera divers regards de différentes disciplines sur la SST dont notamment la sociologie, la psychodynamique, la psychologie, l’ingénierie, l’ergonomie, l’épidémiologie et la biomécanique.

17Bonne lecture.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Esther Cloutier, « Introduction », Perspectives interdisciplinaires sur le travail et la santé [En ligne], 7-1 | 2005, mis en ligne le 01 février 2005, consulté le 28 juin 2017. URL : http://pistes.revues.org/3241

Haut de page

Auteur

Esther Cloutier

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo FQRSC – Fonds de recherche Société et culture Québec
  • Logo IRSST – Institut de recherche Robert-Sauvé en santé et en sécurité du travail
  • Logo SELF – Société d’ergonomie de langue française
  • Revues.org