Navigation – Plan du site
PISTES à suivre

L’intervention ergonomique. Un regard sur la pratique professionnelle de Lamonde

Jacques Leplat
Référence(s) :

Lamonde, F. (2000). L’intervention ergonomique. Un regard sur la pratique professionnelle. Toulouse : Octares, 143 p. 25, 15 euros

Texte intégral

1Le thème de ce livre est d’un grand intérêt théorique et pratique. Il vient meubler un domaine peu habité, car on écrit plus sur les connaissances supposées utiles à la pratique que sur la manière de les définir et surtout de les mettre en œuvre. Cependant, on a pris de plus en plus conscience, ces dernières années, que cette mise en œuvre des connaissances ne découlait pas directement de la possession de celles-ci. L’expérience scolaire nous montrait déjà que bien connaître la question de cours ne suffisait pas à résoudre les problèmes où elle était exploitable. Schön a écrit de belles pages à ce sujet qui est au centre des débats qui ont régulièrement cours autour de la notion d’application comme des rapports entre science et technique, théorie et pratique. Le présent ouvrage s’inscrit dans ce champ de préoccupation qui est au cœur de l’ergonomie et des interventions suscitées par celle-ci. Ainsi, l’auteur se propose d’analyser l’activité de l’ergonome praticien en situation réelle d’intervention, ceci en vue

« d’améliorer les descriptions de la démarche d’intervention ergonomique ; de rapprocher les formations proposées de la réalité de la pratique professionnelle ; de développer l’identité de la discipline ; de déterminer des règles du jeu en matière d’interaction recherche-pratique professionnelle-formation » (p. 2).

2À ce premier objectif s’ajoute un second,

« théorique et méthodologique qui est de construire et valider des notions d’analyse de cette activité particulière qu’est l’intervention professionnelle... » (p. 2).

3L’introduction de l’ouvrage situe la démarche choisie dans la perspective de l’ergonomie centrée sur l’activité, à distinguer de celle dont relève le courant « Human Factors ». La suite de l’ouvrage comporte deux grandes parties. La première, Que sait-on de la pratique professionnelle en ergonomie ? compte quatre chapitres. L’auteur examine d’abord les manuels et les formations dans le domaine de l’ergonomie et leurs déficiences en ce qui concerne la préparation à la réalisation d’interventions. Elle fait ensuite un inventaire critique des connaissances que l’ergonome praticien peut trouver « sur le marché ». Elle montre leur fréquente inadaptation aux besoins de la pratique et s’interroge alors sur les critères d’évaluation des connaissances utiles à cette pratique. Le troisième chapitre propose une réflexion sur l’identité de l’ergonomie et les rapports de cette dernière avec les pratiques, ce qui lui permet d’évoquer des discussions récentes sur le statut de l’ergonomie. Elle souligne les caractéristiques et le rôle de la « culture ergonomique ». Suite à ce bilan et aux lacunes qu’il révèle, une conclusion s’imposait que le chapitre 4 présente : « étudier l’activité d’intervention de l’ergonome praticien... », ceci en utilisant les méthodes mêmes de l’analyse ergonomique du travail.

4La seconde partie de l’ouvrage traite de L’intervention ergonomique : un exemple d’analyse de l’activité d’un praticien. Avec elle, on aborde l’étude réalisée par l’auteur et les enseignements qu’elle en a tirés. Le chapitre 5 expose d’abord le cadre de cette étude qui porte sur un intervenant dont l’activité est suivie sur le terrain et analysée avec les méthodes classiques de l’ergonomie : observation, verbalisation, traces de l’activité, etc. Les chapitres suivants détaillent la démarche. Le chapitre 6 rapporte la mise en œuvre des méthodes d’observation. Le chapitre 7 fait déjà entrer dans l’interprétation des données par l’intervenant considéré. Cette interprétation s’opère par rapport à différents cadres de référence dits par l’auteur « univers ». La démarche n’est pas linéaire, mais comprend beaucoup de reformulations des problèmes qui amènent à ajuster, même à revoir les interprétations initiales ou précédentes, à cerner leur portée et leurs limites. Dans le chapitre 8, l’auteur tire les leçons de son étude par rapport à la méthodologie de l’intervention ergonomique. Elle montre comment elles peuvent enrichir la compétence de l’intervenant et aider à mieux concevoir les modalités de la formation. Le dernier chapitre vise à définir des « outils d’analyse pour l’activité de l’ergonome praticien ». Il y sera essentiellement fait référence à l’usage de la verbalisation et aux questions particulières que soulève cet usage dans l’étude de l’intervention. On y trouvera aussi une discussion des rapports entre analyste et intervenant qui sont une caractéristique de la méthode.

5La conclusion, Bilan et prospective, présente quelques « retombées » de l’étude propres à enrichir la pratique professionnelle non seulement des ergonomes, mais des praticiens en général. Elle indique des progrès méthodologiques qui restent à faire à cette fin. On peut lire ces pages comme des conseils donnés à ceux qui voudraient suivre cette direction de recherche.

6Une postface de Theureau et Montmollin place l’objet et la démarche présentés dans des cadres plus larges qui en soulignent l’intérêt et la portée.

7Ce livre bénéficie de l’expérience de ses deux acteurs, l’auteur et l’intervenant. Il est bien présenté, avec beaucoup d’exemples. Il pose de bonnes questions sur la nature de l’ergonomie et des pratiques qui s’inscrivent sous son titre : il mesure bien la portée des réponses qu’il y apporte. Il fait ressortir l’intérêt de ce genre d’étude pour la formation des ergonomes et le perfectionnement des pratiques d’intervention. Il serait souhaitable qu’il ait une suite et que se constitue un véritable savoir organisé sur les modes d’intervention et sur les pratiques ergonomiques, savoir qui permettrait de les enrichir et de mieux les communiquer. Ce livre devrait intéresser tous ceux qui utilisent l’analyse du travail et pratiquent des interventions, ainsi que les étudiants en ergonomie.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jacques Leplat, « L’intervention ergonomique. Un regard sur la pratique professionnelle de Lamonde », Perspectives interdisciplinaires sur le travail et la santé [En ligne], 4-1 | 2002, mis en ligne le 01 mai 2002, consulté le 22 septembre 2017. URL : http://pistes.revues.org/3768

Haut de page

Auteur

Jacques Leplat

Jacques.Leplat@wanadoo.fr, Ecole Pratique des Hautes Etudes, 41 rue Gay-Lussac, 75005 Paris, France

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo FQRSC – Fonds de recherche Société et culture Québec
  • Logo IRSST – Institut de recherche Robert-Sauvé en santé et en sécurité du travail
  • Logo SELF – Société d’ergonomie de langue française
  • Revues.org