Navigation – Plan du site
PISTES à suivre

L’ergonomie de Darses et de Montmollin

Jacques Leplat
Référence(s) :

Darses, F., de Montmollin, M. (2006). L’ergonomie. Paris : La Découverte. Collection Repères. 4° édition. 121 p.

Texte intégral

1Il est toujours difficile de présenter une discipline, surtout quand celle-ci n’a pas encore de contours bien définis et que son champ, très varié, ne cesse d’évoluer. Mais le lecteur peut avoir ici un premier signe de la réussite des auteurs puisque le livre en est à sa quatrième réédition, ce qui est une performance peu souvent atteinte par ce genre d’ouvrage dans cette discipline. Il doit sans doute ce succès à la qualité de ses auteurs dont il faut rappeler les fonctions pour les lecteurs non familiers avec le domaine. Maurice de Montmollin, qui a assuré les premières éditions de ce livre (la première en 1998), a exercé des activités de conseil en organisation, de recherche et d’enseignement à l’université. Il est l’auteur de nombreuses publications qui ont marqué le développement de l’ergonomie en France et a une large connaissance du milieu ergonomique dont il a suivi l’évolution en y apportant souvent une contribution à des actions collectives. Françoise Darses est enseignante-chercheure au laboratoire d’ergonomie du Conservatoire National des Arts et Métiers, spécialiste d’ergonomie cognitive et auteure de nombreux travaux et publications sur la conception de produits. Sa participation à l’ouvrage aura permis d’élargir la place faite aux recherches portant sur les travaux générés par les nouvelles technologies. L’ouvrage est bien organisé et arrive à donner un bon panorama de l’ergonomie. Il s’ouvre par un chapitre sur Le travail et l’ergonomie dans lequel les A. nous décrivent les deux grands courants qu’ils voient dans cette dernière : l’un s’intéressant à l’homme comme machine et à l’adaptation de la machine à l’homme, l’autre à l’homme comme acteur dans le système de travail. Ils soulignent la nécessité et l’intérêt d’une articulation de ces deux courants.

2Le deuxième chapitre, Histoire et géographie, dégage quelques traits généraux de l’histoire de l’ergonomie et rappelle les disciplines « classiques » qui ont participé et continuent de participer à sa constitution. Il donne une idée des différents champs, thèmes et situations auxquels elle s’intéresse. Des informations sont fournies sur la profession d’ergonome, sur les institutions dans lesquelles ceux-ci sont formés et dans lesquelles ils se regroupent. On acquiert ainsi un aperçu de la vie du domaine sous ses différents aspects.

3Le chapitre 3 parle de L’ergonome au travail. Il présente l’analyse du travail avec les distinctions classiques entre tâche et activité, travail prescrit et travail réel, avec les méthodes d’analyse et les types d’intervention. Il note en particulier que

« l’ergonomie est une ingénierie de l’évaluation, de la conception et de l’amélioration du travail, et que ses méthodes sont donc indissociables des interventions » (p. 59).

4Le chapitre 4, Le travailleur comme composant du système, expose les types d’études conduites dans la perspective du premier courant de l’ergonomie mentionné plus haut, dit aussi « ergonomie du facteur humain ». On y voit examinés des problèmes touchant le poste de travail (notamment avec les ambiances physiques), les conditions temporelles, la charge de travail, le stress et la perception des informations.

5Le chapitre 5, Le travailleur comme acteur dans le système, relate les grandes catégories de questions abordées par le second courant distingué au début, dit aussi « ergonomie de l’activité humaine ». Y sont discutées des questions concernant les paradoxes de l’automation, l’ergonomie cognitive, la compétence, les opérateurs comme agents de fiabilité du système et le travail en équipe.

6Enfin, le dernier chapitre expose brièvement deux exemples d’intervention ergonomique dans une salle de commande d’une centrale nucléaire et dans la conception de dispositifs de fabrication. Une partie Repères bibliographiques présente un court choix d’ouvrages, de revues, d’éditeurs, de colloques d’ergonomie, d’organes de diffusion, avec les indications de sites permettant de consulter ces repères.

7Cet ouvrage est bien conçu pour son objectif et sa consultation est facilitée par une table des matières très détaillée. Le texte est clair et donne le sentiment que les A. se sont bien adaptés aux contraintes de longueur. Les facettes essentielles de la nébuleuse ergonomique sont bien traitées et pas seulement celles plus directement en rapport avec les spécialisations des A. Ce livre exprime un point de vue sur l’ergonomie sans ignorer les autres, et fait heureusement mentir ce qu’écrivent les A. dans leur introduction : « L’ergonome est myope, résolument ».

8Cet ouvrage devrait intéresser un large public : celui qui a affaire de quelque manière au travail, spécialistes de l’ingénierie, de la sécurité, de la santé, et aussi les étudiants de tous ces domaines. Les ergonomes eux-mêmes y trouveront matière à élargir leur champ de connaissances et à mieux situer leur spécialité.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jacques Leplat, « L’ergonomie de Darses et de Montmollin », Perspectives interdisciplinaires sur le travail et la santé [En ligne], 8-1 | 2006, mis en ligne le 01 mai 2006, consulté le 26 juin 2017. URL : http://pistes.revues.org/3776

Haut de page

Auteur

Jacques Leplat

Ecole Pratique des Hautes Etudes, 41 rue Gay-Lussac, 75005 Paris, France, Jacques.Leplat@wanadoo.fr

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo FQRSC – Fonds de recherche Société et culture Québec
  • Logo IRSST – Institut de recherche Robert-Sauvé en santé et en sécurité du travail
  • Logo SELF – Société d’ergonomie de langue française
  • Revues.org