Navigation – Plan du site
PISTES à suivre

Work process knowledge de Boreham, Samurçay et Fischer

Jacques Leplat
Référence(s) :

Boreham, N., Samurçay, R., Fischer, M. (Eds.) (2002). Work process knowledge. London : Taylor and Francis, 244 p.

Texte intégral

1Parmi les coordinateurs de ce livre collectif, on a le plaisir d’y voir figurer le nom de notre regrettée collègue, Renan Samurçay, celle à qui nous aimerions rendre hommage.

2Ce livre a été conçu suite au travail d’un groupe de chercheurs connus qui participaient à un programme de la Communauté Européenne centré sur le changement organisationnel et l’introduction des nouvelles technologies dans les postes de travail. Les vingt-quatre chercheurs associés à la rédaction des quinze chapitres de ce livre viennent de différents pays de la communauté : Allemagne, Belgique, Danemark, Espagne, Finlande, France, Italie, Portugal.

3Le premier chapitre de Boreham, « la connaissance du processus de travail dans le développement technologique et organisationnel » constitue l’introduction de l’ouvrage. Cette dernière situe le concept central du livre, qui en est le titre, dans divers contextes où elle s’insère et qui seront présentés par la suite. Cette notion, « connaissance du processus de travail » (« work process knowledge ») est une traduction de l’expression allemande « Arbeitsprozesswissen » proposée initialement par Kruse, un des auteurs du chapitre qui la définit comme

« une compréhension de l’ensemble du processus de travail auquel l’individu participe, dans ses dimensions liées au produit, techniques, organisationnelles, sociales et liées au système » (p. 213).

4Dans leur chapitre, Fischer et Rauner décrivent la connaissance du processus de travail comme :

« - immédiatement utile pour le travail à accomplir (...) ; - surtout (quoique pas exclusivement), élaborée au poste de travail à travers l’expérience et le travail lui-même, en particulier par l’interaction des individus avec les outils complexes qu’ils utilisent ; - la compréhension de tout le processus de travail, y compris la préparation, l’action, le contrôle et l’évaluation » (p. 161).

5Les définitions et commentaires concernant la notion, nombreuses au cours du livre, évoquent bien souvent la notion de compétence telle qu’elle est généralement comprise en ergonomie et sans en avoir clairement explicités les critères distinctifs qui justifient la création d’une nouvelle notion. Malgré quelques variantes, on peut accorder à Boreham que la plupart des contributions souscrivent aux mêmes principes méthodologiques essentiels.

6Les chapitres suivants examinent et discutent l’intérêt de la notion de « connaissance du processus de travail » dans différents domaines (industries chimiques, métallurgiques, services de conception, comptables, de maintenance, etc.), tant sur les plans individuel, collectif et organisationnel, que dans les perspectives ergonomiques, de gestion, de formation, sociologiques, etc. Les aspects développementaux sont mis en valeur et trouvent toute leur place dans les contributions centrées sur l’expérience et la formation.

7Quoique le mot soit peu présent, on trouve des accents très ergonomiques à différentes pages. Ainsi, les auteurs insistent sur l’importance des analyses sur le terrain, auprès des acteurs habituels et avec leur concours, ainsi que sur l’intérêt de l’élargissement du champ de travail pris en compte. On reconnaîtra dans chaque chapitre des objectifs du projet général qui ont motivé les différentes recherches, à savoir, répondre aux changements entraînés dans les organisations par la diffusion des nouvelles technologies de la communication et de l’information, c’est-à-dire comment les concevoir, les gérer, les évaluer.

8Les auteurs font, en général, l’effort d’articuler leur propre texte à celui des autres. Il est très instructif de voir comment chacun a interprété le titre-thème de l’ouvrage, les cadres théoriques dans lesquels ils ont ajouté leur contribution et la portée pratique qu’ils ont envisagée à son étude. On saura apprécier les bonnes bibliographies qui accompagnent chaque chapitre ainsi que l’index des noms et des sujets. Ce livre devrait intéresser les enseignants, les étudiants et les professionnels travaillant dans les champs de l’ergonomie, de la gestion et du développement des ressources humaines, de la gestion et de l’économie des entreprises. Il constituera un bon instrument de travail qui encouragera à élargir le champ des analyses des situations de travail.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jacques Leplat, « Work process knowledge de Boreham, Samurçay et Fischer », Perspectives interdisciplinaires sur le travail et la santé [En ligne], 4-2 | 2002, mis en ligne le 01 novembre 2002, consulté le 24 avril 2017. URL : http://pistes.revues.org/3785

Haut de page

Auteur

Jacques Leplat

Ecole Pratique des Hautes Etudes, 41 rue Gay-Lussac, 75005 Paris, France, Jacques.Leplat@wanadoo.fr

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo FQRSC – Fonds de recherche Société et culture Québec
  • Logo IRSST – Institut de recherche Robert-Sauvé en santé et en sécurité du travail
  • Logo SELF – Société d’ergonomie de langue française
  • Revues.org