Navigation – Plan du site
PISTES à suivre

Proactive risk management in a dynamic society de Rasmussen et Syedung

Jacques Leplat
Référence(s) :

Rasmussen, J., Svedung, I. (2000). Proactive risk management in a dynamic society. Karlstad, S. 651 80, Sweden : Swedish Rescue Services Agency, 160 p.

Texte intégral

1Celui à qui les travaux de Rasmussen sont familiers, en particulier celui qui a lu son précédent ouvrage écrit en collaboration Rasmussen, J., Pejtersen, A.M., Goodstein, L.P. (1994). Cognitive systems engineering. Wiley, New York], ne sera pas dépaysé en abordant celui-ci dans lequel il trouvera mis en œuvre, pour l’étude du risque, des conceptions et des modes d’analyse chers à cet auteur. L’idée qui inspire ce livre est bien exprimée par les auteurs quand ils écrivent que

« nous sommes affrontés à une période de changements technologiques, de dérégulation, de sauvage compétition et d’une inquiétude publique croissante. Dans un environnement dynamique, les sources de danger, les exigences de leur contrôle et les sources de perturbation changent fréquemment et la gestion du risque ne peut pas être fondée plus longtemps sur des réponses aux accidents et incidents passés, mais doit être de plus en plus proactive. C’est-à-dire que la gestion du risque doit adopter une stratégie de contrôle adaptative en feedback à boucle fermée, fondée sur une mesure ou une observation du niveau de sécurité effectivement présent et sur le niveau de sécurité visé explicitement formulé » (p. 5).

2Le livre propose un programme précis à cet effet. Il ne concerne pas toutes les situations de risque, mais celles relatives au

« cours dynamique des événements suivant une perturbation d’un processus physique potentiellement dangereux » (p. 9).

3Il est d’abord précisé ce qu’entraîne la spécificité des situations étudiées dans ces nouveaux contextes dynamiques et les caractéristiques générales d’une stratégie proactive. Celle-ci est fondée sur

« une identification des frontières d’une performance sûre, des efforts pour rendre ces frontières visibles aux décideurs et enfin des efforts pour neutraliser les pressions qui conduisent les décideurs vers ces frontières » (p. 15).

4Le chapitre 3, qui a aussi une fonction introductive, propose un mode d’analyse des scénarios d’accidents, analyse qui reste importante, même si elle n’est pas suffisante. Son rôle sera aussi de fournir un schéma d’ensemble du fonctionnement du système socio-technique. On trouve exploités ici les niveaux d’analyse définis par Rasmussen et des schémas qui rappellent les arbres des causes. Le résultat est fourni sous forme de cartes d’accidents (« AcciMaps ») clairement présentées et discutées.

5Les trois chapitres suivants développent les notions clés qui seront utilisées dans la suite du livre : d’abord, la distinction entre deux outils d’analyse, la décomposition structurale et l’abstraction fonctionnelle ; ensuite, un cadre général pour l’analyse des accidents dont la base est constituée par un enchaînement d’étapes conduisant à l’accident (« anatomy of an accident ») : cause d’origine (« root cause ») > chaîne causale > événement critique : actualisation du danger > flux des effets > victimes. Ce schéma sert à élaborer une taxonomie des scénarios d’accidents. La gestion du risque est considérée fondamentalement comme un problème de contrôle, contrôle qui implique tout le système et met en jeu des boucles de feedback en différents niveaux.

6Le chapitre 7, central, définit une « conception d’un système d’aide à la gestion pro-active du risque ». Celle-ci requiert que soient traités les problèmes suivants : l’identification des décideurs et acteurs participant aux différents niveaux de contrôle, l’identification de la part d’espace de travail sous leur contrôle, la structure du système distribué de contrôle, le contenu du flux d’information entre décideurs, la conscience du risque des décideurs, la compétence de ces derniers et leur engagement dans la sécurité. Tous les développements sont assortis de bons commentaires, de graphiques et d’exemples.

7Les derniers chapitres abordent les rapports entre risque et qualité, la définition d’un outil informatisé pour l’analyse d’accidents, des questions liées à la gestion des situations d’urgence. Enfin, il est exposé de manière détaillée un exemple d’étude sur le terrain, dans un magasin de stockage et de distribution de produits. En annexe, figure l’examen relativement détaillé, avec les principes mentionnés plus haut, de plusieurs scénarios d’accidents, à partir de cas connus.

8Ainsi, ce livre définit de bons outils d’analyse qui s’inscrivent dans un cadre de recherche sommairement rappelé, mais bien exploité et adaptable aux spécificités des situations. Les auteurs ont le souci d’être bien compris et utiles. Ils ouvrent des pistes pour la poursuite des recherches et pour l’informatisation des moyens d’analyse. On regrettera parfois le manque d’explicitation des modes de recueil des données qui doivent entrer dans leur cadre : qui recueille quoi et quelle valeur accorder à ces données. Le lecteur est sans doute supposé suffisamment compétent sur ces points ! La part un peu clinique de toute analyse d’une situation particulière mériterait aussi d’être discutée.

9Ce livre qui enrichit la méthodologie d’étude des accidents et de gestion des risques constitue un excellent instrument de travail et de formation : la lecture peut en être vivement recommandée.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jacques Leplat, « Proactive risk management in a dynamic society de Rasmussen et Syedung », Perspectives interdisciplinaires sur le travail et la santé [En ligne], 3-2 | 2001, mis en ligne le 01 octobre 2001, consulté le 22 mars 2017. URL : http://pistes.revues.org/3793

Haut de page

Auteur

Jacques Leplat

Ecole Pratique des Hautes Etudes, 41 rue Gay-Lussac, 75005 Paris, France, Jacques.Leplat@wanadoo.fr

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo FQRSC – Fonds de recherche Société et culture Québec
  • Logo IRSST – Institut de recherche Robert-Sauvé en santé et en sécurité du travail
  • Logo SELF – Société d’ergonomie de langue française
  • Revues.org