Navigation – Plan du site

Éditorial

Élise Ledoux

Texte intégral

1La revue PISTES vous offre ce numéro estival propulsée par la mobilisation de ces contributeurs et contributrices qui, grâce à leur engagement, ont permis de consolider l’infrastructure de fonctionnement de la revue et d’assurer son développement. Le comité éditorial tient à remercier la Société d’ergonomie de langue française (SELF) et l’Institut de recherche Robert-Sauvé en santé et en sécurité du travail (IRSST) qui ont accepté de soutenir la revue pour les trois prochaines années. De plus, PISTES est à organiser pour l’automne une campagne de financement social avec la collaboration de la Fondation UQAM (Université du Québec à Montréal). Nous ferons appel à vous, auteurs, évaluateurs, lecteurs qui êtes au cœur de la vitalité de cette revue pour soutenir le développement de nouveaux projets de diffusion et de mise en valeur des résultats de recherche portant sur des thématiques innovatrices sur le travail et la santé.

2Le partage des savoirs se décline sous différentes facettes dans ce numéro. Qu’il s’agisse de la prise en charge pluridisciplinaire des RPS ou du transfert aux novices des savoirs professionnels, le partage des savoirs est au cœur des pratiques professionnelles. On le retrouve également au centre du travail d’articulation des cadres de proximité dans l’horticulture.

3Une recherche menée par Sophie Le Bellu au sein d’un producteur français d’électricité a investigué comment la combinaison de la théorie de l’activité, de méthodes d’ethnographie vidéo et de méthodes psychologiques de verbalisation peut aider à améliorer à la fois la préservation du capital de connaissances et la formation professionnelle aux gestes de métier. Cela a amené au développement d’une nouvelle méthode ECAST, dédiée à la capture et au transfert des connaissances tacites et explicites incorporées dans les gestes professionnels.

4Elsa Laneyrie et Aurélie Landry proposent les résultats d’une étude visant à comprendre comment, face à l’émergence des risques psychosociaux (RPS), favoriser la pluridisciplinarité entre inspecteurs du travail, médecins du travail et psychologues du travail en étudiant les représentations qu’ont les uns sur les missions des autres dans la prévention des RPS. Les auteures montrent que non seulement les différents préventeurs définissent les RPS de manière différenciée entre les métiers, mais de plus, ils méconnaissent les pratiques de prévention des uns et des autres, ce qui met en évidence des freins à la prise en charge pluridisciplinaire des RPS. Ces résultats permettent de dresser quelques pistes pour favoriser la prévention pluridisciplinaire des RPS.

5En horticulture, un secteur où les processus de production exigent une gestion dynamique qui ne peut être complètement planifiée en amont, du fait de l’élément naturel et des produits vivants évolutifs, Corinne Gotteland Agostini, Valérie Zara-Meylan et Valérie Pueyo mettent en évidence le travail d’articulation de l’encadrement de proximité. Elles montrent comment ils gèrent et intègrent des exigences multiples, parfois contradictoires, dans la dynamique des situations, l’organisation et la prescription qu’ils conçoivent tout en tentant de tenir à la fois des enjeux de qualité et de santé.

6Le partage des savoirs entre disciplines permet aussi d’élargir la compréhension du rapport subjectif au travail. En effet, à partir des premiers éléments fournis par une enquête de psychodynamique du travail réalisée en 2013 auprès d’ouvriers du bâtiment à Brasilia, Valérie Ganem et Martha Veras Rodrigues posent l’hypothèse que l’idéologie défensive « de la lutte pour la survie » a un impact considérable sur l’engagement subjectif au travail. Leur article reprend un dialogue entamé il y a 30 ans entre la psychodynamique et l’anthropologie du travail afin d’apporter des éléments nouveaux de compréhension du rapport subjectif au travail d’ouvriers brésiliens.

7Enfin, la fermeture au partage des savoirs peut entraîner de nombreux freins à la reconnaissance par les employeurs de leur responsabilité face aux maladies professionnelles. En ce sens, Céline Durand et Nathalie Ferre abordent l’enjeu de la responsabilité des employeurs à partir de l’exemple des cancers professionnels. En France, cette reconnaissance donne lieu à une procédure - administrative et souvent judiciaire - complexe et longue que les employeurs savent utiliser pour échapper aux incidences financières de la prise en charge. Le contentieux dit de l’inopposabilité, analysé dans l’article, met en évidence le caractère inadapté du dispositif juridique quand la lésion prend la forme d’un cancer, en raison d’une part du délai qui sépare les expositions et la survenance de la maladie, et d’autre part des trajectoires professionnelles morcelées. Les auteurs invitent à réfléchir sur l’étendue de l’irresponsabilité construite par le législateur français au profit des employeurs et appellent une réforme.

8Pour clore ce numéro, nous reprenons la publication d’un texte historique, commenté par Annie Weill_Fassina, rédigé en 1969 par Dimitri Ochanine et s’intitulant « Rôle de l’image opérative dans la saisie du contenu informationnel des signaux ». Merci à Laboreal (http://laboreal.up.pt), une revue scientifique électronique portugaise, qui nous a permis de publier ces textes en version française.

9Bonne lecture !

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Élise Ledoux, « Éditorial », Perspectives interdisciplinaires sur le travail et la santé [En ligne], 18-1 | 2016, mis en ligne le 01 mai 2016, consulté le 23 mars 2017. URL : http://pistes.revues.org/4707

Haut de page

Auteur

Élise Ledoux

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo FQRSC – Fonds de recherche Société et culture Québec
  • Logo IRSST – Institut de recherche Robert-Sauvé en santé et en sécurité du travail
  • Logo SELF – Société d’ergonomie de langue française
  • Revues.org